La musique du Diable

Publié le par henrychartier

La musique du Diable. Le rock et ses succès damnés.

(Encyclopédie du rock satanique)cAMION-BLANC.jpg

 

La musique du diable2

De tout temps la musique a entretenu des liens particuliers avec l’étrange et l’au-delà. Elle a inquiété rapidement l’Église et les autorités morales.


Le satanisme, l’occultisme, la magie noire, le paranormal devaient inévitablement fêter leurs noces de soufre avec la musique. De la musique tribale et ses phénomènes de transes, à la musique classique en passant par le blues et le rock, cet ouvrage rappelle combien les rapports furent étroits et les suspicions nombreuses envers toute forme d’expression musicale : instrument de débauche, véhicule du Diable et de ses médiums, les artistes sont là pour exécuter les basses œuvres du Diable.

Avec l’arrivée du rock et de ses pionniers, le phénomène de censure et de rétorsion se radicalise et les ligues de vertus, les églises, les bien-pensants se déchainent et vont mener une croisade qui se poursuit encore aujourd'hui contre cette musique diabolique.


Des déhanchements d’Elvis Presley en passant par les déclarations tonitruantes de Lennon sur la religion et le rock, cette musique inspirée par le Diable ne cesse au fil des époques de s’attirer les critiques véhémentes et de susciter stupeur et crainte…


On retrouve au fil des pages les figures les plus emblématiques de la scène rock traditionnelle (Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, les Beatles et les Rolling Stones en tête, Led Zeppelin, Black Sabbath, les Doors), du hard rock (AC/DC, Iron Maiden, Slayer, Venom, Judas Priest), de l’indu (Marilyn Manson, Nine Inch Nails) mais aussi des figures incontournables de l’underground (Mayhem, Burzum, King Diamond).

Alors, musique et satanisme : rendez-vous du bizarre et de l’étrange ? Sans doute, mais également carrefour du fantasme et de l’imaginaire où chacun projette ses lubies.


Entre meurtres, rituels, suicides, assassinats, incendies d’églises, connivences avec l’extrême droite, accointances avec le néonazisme, c’est un véritable voyage dans l’étrange où se rencontre à chaque pages des figures inquiétantes ou démoniaques (Charles Manson, Anton LaVey, Aleister Crowley, Richard Kasso, Richard Ramirez, etc.) et qui nous plonge dans les flammes de l’enfer !


Alors le rock est-il le véhicule du Diable ou le fantasme de quelques religieux aigris ? Un livre qui tente d’y voir plus clair.

 

Henry Chartier, La musique du Diable. Le rock et ses succès damnés, éd. Camion Noir, 714 p.


 

• Pour l'accueil critique réservé dans la presse à cet ouvrage cliquez ici

 Pour acheter le livre sur le site de l'éditeur cliquez ici




Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

renault 18/07/2012 17:18

Il serait intéressant de connaître les goûts musicaux de Bush.